Ethan
C’était enfin, dans l’avion qui m’éloigna, de plus en plus de cette fin semaine de folie. Je devais me débrancher mentalement, un court instant pour ne pas suffoquer, dans le tourbillon de mes penser. Alors avec cette intension en tête, je donnai des directives à mon hôtesse, pour les heures de vol qui suivaient. Je penchai mon siège et j’engloutis, mon demi-somnifère, la tête tranquille finalement mon corps se détendit peu à peu sous l`effet du médicament ; ainsi, je sombrai enfin dans les limbes. Je retournai en Suède pour me reposer avant le festival Coachella. Ainsi, j’avais quelques mois pour trouver la solution, pour enlever cette femme, de mon esprit et de mon épiderme qui la réclama.
Cette envie dévorante de la possédée me causait, beaucoup d'inquiétude; Roméo et Juliette ont eu un gros air avant de chuter dans la mort. Cette relation n’augurait rien de bon. Après mes heures interminables de non-rêve, l’hôtesse me réveilla doucement juste avant atterrissage, je me sentais mieux ! La médication avait fait son effet, d’ailleurs le repos m’avait régénéré, comme si Abby n’était qu’un mauvais rêve. Alors, avec une détermination de changement, j’accueillis mon chauffeur et bras droit Connor avec enthousiasme, il était revenu au pays un jour, avant moi. Il avait préparé mon arrivée. Pendant le trajet jusqu’à la maison, nous discutions de choses et d’autres, mais je lissai de l’inquiétude dans le regard de Connor. Je tendis la main pour la poser sur son épaule et je le rassurai avec cette affirmation :
– Ne t’inquiète pas pour moi, je vais travailler sur moi pour oublier Abbygaëlle.
Il hocha la tête en silence, on n’avait plus rien à se dire sur ce sujet, je devais me désintoxiquer, avant de me rendre malade, d’ailleurs un frisson de soulagement me parcourra quand j’entre vue, la devanture du Domain Jönsson se dressa à l’horizon. La voiture s’arrêta devant la porte, ainsi je m’empressai à fouler le gravier de la demeure pour retrouver, ma mère elle m’accueillit chaleureusement à mon entré, elle me dirigea vers la table fièrement dresser pour mon arrivé, des viennoiseries et des fromages que du bon café était disposer, tous qu’est-ce que ma Parisienne aimait nous offrir après des voyages en avion, c’était notre tradition. Elle me questionna sur mon bien-être et je lui soulignai que le décalage horaire m’avait brûlé. De ce fait, elle me donna congé, en m’apprenant que mon père et mon frangin étaient en service, cette semaine. Alors d’emblée, je lui annonçai, que je restai, quelques mois en suède ensuite pour la rassurer sur l’entreprise, je lui mentionnai que je pouvais travailler dans le bureau qui était annexe à ma chambre. Elle sautilla de joie à ma nouvelle, malheureusement à cet instant, un flashback d’Abby faisant le même geste me parvient à l’esprit, aussitôt je secouai la tête, pour chasser mon trouble, je repris un court instant mon visage enjoué de menteur, ainsi de peur qu’elle ressente mon trouble grandissant, j’embrassai ma mère Joséphina et je remontai dans ma chambre pour mon premier combat nocturne contre Abby.
Une semaine plus tard, nous avions un bal de Noël et mon frère me présenta mon échappatoire Éden, elle était magnifique, une blondeur naturelle, yeux bleu lagon et une peau de neige, avec une taille fine, une vraie ballerine ainsi que soumise et effacer, parfaite pour les sortis en public. Ma distraction fut un petit soleil dans la noirceur qu’avait causé Abby.

Mois de mars
Abbygaëlle
Enfin Coachella était à nos portes, par conséquent les préparatifs allaient de bon train. Toute la semaine Lexi, Ed et moi-même avions concocté nos tenues les plus indécentes, nous étions enfin prêts pour le voyage. Et puis il y a quelques semaines, j’avais reçu un msg de Calluw, qui m’affirma que mon combat contre Ethan était terminé, une image de celui-ci et sa nouvelle conquête accompagnaient cette fabuleuse nouvelle, mais je n’étais pas dupe, cette fille parfaite semblait vide, malgré cela je ne devais pas jurer à 100 pour cent que c’était fini, il ne pourra pas nier que le manque de défi face à cette fille ne le rongera pas un jour. Donc à ce moment, il cherchera la fougue et non obéissance, je devais m’éloigner de lui avant que cet instant fatal arrive, j’étais la candidate parfaite pour ce rôle. Des frissons me parcourraient le corps à cette pensée, maintenant mon corps le repoussa pour ne pas replonger dans une relation malsaine. Je souris en faisant ma valise, face à se nouveau revirement de situation face à mon épiderme qui était enfin prêt pour mon plan, Ethan va avoir les couilles bleues ! ma vengeance va être douce. Il ne s’est pas attaqué à la bonne folle, j’éclatai de rire à cette pensée. Lexi me regarda avec un air interrogateur et elle demanda :
– Que me vaut ce rire ?
Je la regardai innocemment et lui répondis :
– Rien ma chérie, j’imagine la tête que fera Amanda, quand elle verra nos tenues oser.
À mon propos les éclats de rire retentirent à nouveau.
À ce moment, Edward pénétra dans la chambre, curieux des éclats de joie qui retentissaient dans la pièce, il nous affirma amuser par notre joie vive :
– Prêtes mesdames ? L’avion de Alex nous attend !
Lexi répliqua :
– la semaine, va être intéressante avec Ethan et Abby dans la même maison. Nick va retrouver du sang sur les murs, Lexi éclata de rire à cette répartie, ed l'accompagna aussitôt
Je lui répondis amuser :
– Lexi ce mec est un petit mortel, je me suis lassée de ses caprices, je vais rester tranquille, je ne veux pas vous gâchez, le séjour !
Elle me regarda avec un éclair d’amusement et riposta :
– OK ! Si tu le dis chéri. Elle ajouta un clin d'œil amuser et articula en mimant des guillemets « tu t’es lassé ».
Je grimaçai à ses propos et je brandissais mon doigt d’honneur en réponse à cette taquinerie. Ed éclata de rire, à notre petit échange rempli d’amour. Alors je songeai avec amusement, Lexi me connaît vraiment bien. Je vais foutre la merde #folleàsouhait.
Edward s’embarra de nos bagages, sans nous déranger dans notre joute verbale, il s’engagea vers la voiture, pour les mettre dans son coffre de voiture, d’ailleurs sans nous lâcher verbalement, nous l’avions précédé, Lexi se glissa sur le siège avant, pour me laisser tout l'espace a l'arrière, mais je soupçonnai une petite préférence pour Edward. Or après quelque kilomètre, nous chantions à pleins poumons des hits de l’été, pour nous mettre dans l’ambiance, les bouchons étaient denses mais notre bonne humeur était au rendez-vous. Pourtant nous étions très contents, d’avoir survécu à se trafique, rendu à l’aéroport. Un sublime jet privé blanc avec rose noire peinte à proximité de la porte d’embarquement nous attendait.
Alex était accoté dans l’embrasure de cette dite porte, il nous envoyait la main, tout sourie et nous invitèrent à monter, ainsi sa demande fut exécutée immédiatement. Alors nous grimpions dans l’appareil surexcité par ce voyage, les deux fin semaines seront remplies de merveilleux band, de plusieurs partys et surtout ne pas oublier, la sublime villa de Nick, qui va nous héberger pour le séjour, un rêve ! Elle est située à Malibu sur Pacifique coast hwy, sa cour arrière donnera sur océan, je pensai déjà aux séances de yoga au coucher du soleil.
Alex nous annonça que Rebecca était à notre disposition pour le vol. Lexi lui sourit et Ed enclencha son mode drague. Cependant ma réaction était différente de mes compagnons, je la détaillai en silence. C’était une beauté californienne de 21 ans, elle me faisait penser à la bimbo qui était partie avec Guillaume, je frissonnai à sa vision. Mais tant bien que mal, je prenais la coupe de vin qu'elle me tendit et je commençai une discussion animée avec mes copains de voyage. Pendant les deux premières heures de vol, nos échanges allaient de bon train, cependant il était temps de me préparer, je devais me mettre indécente, aux yeux d’Ethan d’ailleurs je pris conger pour m’exécuter et je me dirigeai vers la salle de bain du jet, se spacieux habitacle comptait une grande douche italienne et un grand miroir qui surplombait un grand comptoir blanc crème. J’avais emmené le « kit » parfait dans un petit sac de voyage, il y avait des shorts en cuire qui finissait en dessous de mes fesses, une camisole décolletée en « v » qui découvrait aussi mon dos jusqu’en haut des reins, il dévoilait aussi mon soutien-gorge, acheté au défilé de « Vs » il était tous les deux lavandes, je trouvais qu’il rappelait ma perle pendue à mon cou et j’avais enfilé des sandales noires lasser, jusqu’en bas du genou style Empire, j’accompagnai ma tenue d’un maquillage doux avec une touche de lavande sur mes yeux et puis j’acensai cela d’un léger rouge à lèvres rose pâle ainsi qu’un chignon décoiffé qui découvrit ma nuque bronzer, finalement je regardai mon reflet dans la glace. C’était satisfait de mon allure, j’étais une bombe ! ma beauté va lui tomber dessus, sans crier gare. Alors avec assurance, je sortis de la salle de bain la tête haut ainsi Alex, Ed et Lexi se retourna de concert. Lexi s’exclama avec enthousiasme : – Ohhh Abby tu en arraches, ton sex-appeal est de sortis, quel mauvais coup prépares-tu, petite coquine ?
Sans que j’aille, eux le temps de répondre Ed et Alex s’exclama en même temps :
– Wôw t’es......Wôw...
Leur manque de mots me ravit, je fis la révérence en pensant que mon plan avec Ethan va surement fonctionner, espérons-le !
Je me rassis enthousiaste de la suite et je bouclai ma ceinture pour la descente vers L.A. après un atterrissage en douceur, nous avions laissé les gars s’occuper de nos bagages, il nous précéda jusqu’à la sortie de l’aéroport. Un vus noir nous attendait, nous embarquions rapidement sur la banquette arrière, pour laisser nos hommes à l’avant, ainsi tout le monde embarquer bagage comprit, Ed se dirigea vers une sublime villa d’une blancheur immaculée, typique de la place.
Enfin arriver, nous débarquons du vus avec empressement et nous précipitions sur Nick en laissant les gars derniers et je m’exclamai :
– Wôw ! Nick, belle acquisition, cette villa est splendide.
Nick se pencha pour me faire la bise de bienvenue, et ainsi dévoiler ma proie qui était adossée nonchalamment à l’embrasure de la porte-patio, ses bras croisés bombaient son torse muscler et il me fixait sans gêne une lueur indescriptible trônait son regard. À cet instant, je me questionnai : si la proie n’était pas moi ?

Ethan
Je suis débarqué à la villa de Nick, il y a déjà une semaine. J’avais des dossiers urgents à régler et notre hôtel familial de Malibu, se remplissait à cause du Coachella, les réservations de dernières minutes se multipliaient à une vitesse folle, mais j’avoue, tout se boulot accumuler, me donnai une excellente excuse pour m’éloigner de la créature sublime, qui hantait mes nuits. C’est dernier mois, ont été pénible, je me réveillai trop souvent en sueur, avec une érection douloureuse, Éden était soumis, présentable mais rien de plus. Mais aujourd’hui Nick m’a annoncé qu’Abby était bien du voyage, à cette affirmation, j’avais prétendu que je devais m’occuper de l’hôtel à cause du festival mais je lui promis de rester un peu pour accueillir Ed et Alex. Cependant je lui répétai pour appuyer mon mensonge que le travail m’attendait. Malheureusement pour moi, elle venait de faire son entrée, ouf ! elle me coupait le souffle, sa beauté devrait être illégale. Je sentis mon bas ventre se comprimés aussitôt, elle était sexy à souhait, ses fesses moulées dans ce petit short en cuir étaient un délice et elle portait le soutien-gorge que j’avais admiré au défilé qui m’avait questionné sur son apparence sur la peau de Abby, quelle coïncidence, chien du destin et cette nuque dénudée me donnai envie de la mordre. Non mais ! c’est quoi cette merde, aller vite une douche froide. Elle me regarda avec son petit sourire plein de challenge, j’étais vraiment dans la merde, ça fait 30 secondes qu’elle est là et j’avais le gout de lui faire, toutes les choses que j’avais rêvé depuis quatre longs mois interminables, bon c’est temps de se pousser.

Abby
Yessssss !! Mon premier move à marcher, j’avais constaté la petite tension dans son pantalon, qui la trahit. Il détala comme une flèche aussitôt qu’il m’a vue m’en rendre compte, j’éclatai de rire à cette réaction. Lexi me regarda avec un petit rire et m’annonça : — ouin ma vieille, Ethan ne te porte pas dans son cœur ! je me retournai pour lui répondre :
– On s’en fou de se con, moi, ma priorité s’est d’aller voir océans. À ses mots je partis à courir, j’enlevai mes sandales en chemin en sautillant sur un pied et me précipita dans l’océan. D’ailleurs en me retournai vers Lexi, pour lui faire signe de me rejoindre, je remarquai Ethan dans un Transat, avec un regard encore plus sombre que à notre arrivé. Je songeai à cette lueur : – Ohhh attend toi à plus de ma part, c’est la pointe d’iceberg.
Il se détourna aussitôt quand mon regard se posa sur lui et il entama la conversation avec Alex qui me contempla avec une lueur d’amusement dans le regard. Alors sans attendre Lexi je plongeai dans l’océan tout habiller, ce gout de sel sur ma langue me rappelait les vagues qui s’échouaient sur la plage privée de mon enfance. Après quelque temps à jouer parmi les vagues comme des gamines. Nick nous fit signe que la collation était servie. Edward nous présenta des grandes serviettes moelleuses ainsi gentleman, il nous cacha pour que nous puissions nous dévêtir de nos vêtements mouiller, nous tortillions dans tous les sens sous le regard amusé de nos amis, sauve un. Son regard était sombre, sa mine crispée et ses sourcils froncer, Lexi me lança discrètement : oh, monsieur Hudon est sur le bord de te prendre sur la plage, selon ses yeux, je pariai sur le fait qu’il va s’exécuter maintenant
J’éclatai de rire à cette information et je mentionnai :
– Ça serait une nouvelle expérience à considérer, je n’ai jamais fait ça devant public. Je tournai la tête vers Ed et je fini : – Ed arrête de rire tu vas échapper nos serviettes. Quand la tâche délicate fit terminer, je me dirigeai vers la chambre, que Nick m’avait attribuée. Je pris ma trousse de toilette et ma robe de bleu lagon ainsi que mon bikini et je me dirigeai vers la salle de bain mais aussitôt rendu à destination, la grande main d’Ethan m’attrapa le bras et nous entraina dans la salle de bains et il referma la porte en s’adossant dessus pour me barrer le chemin. Il me détala lentement et me gratifia d’un sourit faux et malin et puis il me questionna de sa voix chaude et roque : – Est que t’as fini ton petit jeu de provocation ?
Je m’avançai lentement vers lui et je m’arrêtai à quelque centimètre de lui, sa respiration s’accéléra de plus en plus et ses pupilles se dilata à mon corps qui se rapprochait alors je montai ma provocation d’un cran. Je me penchai pour appuyer mes seins encore couverts par la serviette sur ses pectoraux, il étouffa un gémissement de désir alors pour l’achever en beauté, je lui chuchotai à l’oreille : — c’est vrai tu aimes mieux les soumises ! Et puis je me question, as-tu bien dormi à côté de cette potiche, j’espère que tu n’as pas mentionné mon nom en rêve ou quand tu lui faisais l’amour comme tu me l’as souhaité à New York. Il se recula pour reprendre consistance, il plissa les yeux et serra les poings avant de sortir en trombe.
Un point pour Abby je m’écria à son intention.
Alors victorieuse, je fis couler l’eau chaude sur ma peau pour détendre mes muscles. Mon corps avait réagi aussitôt qu’il s’était approché de moi, j’avais dû prendre tout mon self contrôle pour ne pas m’offrir à lui. Je devais changer me stratégie se jeux de provocation était trop dangereux pour continuer, sa réaction à mon corps coller au tien, ma drôlement plus, se n’étais pas bon du tout. Bref je devais faire profil bas, mais je n’avais que du linge provoquant je ferai avec. Cependant le festival pourrait bien jouer à ma faveur, ce weekend il y aura pleine de filles très extravagantes. Il va pouvoir trouver une copie conforme de cette fameuse Émilia, moins fade que ma personne.
Finalement avec assurance, j’entendis l’eau, je sortis de la douche et je me séchai rapidement, j’enfilai mes tenues choisies, je laissai mes cheveux sécher à l’air libre cependant je n’appliquai aucun maquillage. Je sortis sur la terrasse fière de me montrer au naturel, Ethan était attablé avec Amanda, par réflexe, je me retournai blazer par leur présence et alla déguster cette fabuleuse collation, avant ma petite sieste pour être pimpante pour ce soir.

Ethan
Je pris une douche froide pour me reprendre, je voulais la désarmer mais en une fraction de seconde, elle m’avait eu avec cette réplique véridique. Cette femme hantait mon esprit, je ne désire plus aucune femme, depuis Émilia mais cette meuf m'a poignardé d’une simple phrase, elle avait décrit mes derniers mois de supplice, et puis elle est revenue, après sa douche sereine comme si rien ne c’était passer dans la salle de bain. Sa vision m’enleva l’oxygène qui me resta dans mes poumons. Elle était magnifique, ses cheveux relâchés virevoltaient doucement dans la brise marine, sa peau dorée reflétait au soleil et sa robe changeait la teinte de ses yeux, le vert avait une pointe de bleu lagon. J’étais supposé la détester mais elle était si prévenante et si douce avec les autres, mais malheureusement se doux caractère n’avait pas lieux avec moi, je ne lui inspirerais jamais cette gentille. Elle me tirailla avec ce nouveau comportement, ma conscience me dictait de m’éloigner d’elle, mais mon corps la réclamait, je devais m’éloigner d’elle. Ma soirée s’annonça interminable, je poussai un gémissement de frustration, qui attira l’attention de ma compagne de table, je lui adressai un regard innocent, pour cacher ma frustration grandissante et j’affirmai en silence, la solution de mon angoisse est sous mes yeux, Amanda ne me quitte plus, depuis mon arrivé, elle pourra me servir de distraction, elle sera parfaite dans ce rôle.
Abby
Un bruit strident me réveilla en sursaut. Je m’étirai un peu pour relaxer mes muscles, crisper par se réveille brusque. Enfin redresser complètement dans mon lit, je songeai au bienfait que pourrait me procurer une séance de yoga sur la plage, j’en rêvais depuis mon arrivée. J’enfilai sans bruit mon top noir et mauve ainsi que mon pantalon de yoga mauve à motif noir, je pris mon tapis qui ne me quittait jamais et je me dirigeai vers la plage sur la pointe des pieds. Le soleil commençait à descendre à horizon, le ciel était teinté d’oranger et de rosée. C’était magnifique je pris une photo mentale pour plus tard, les couchers du soleil étaient mon dada à recréer sur mes toiles. Je m’installai face à la mer respira l’air salin pour me recentrer et je commençai mes positions de yoga, la brise caressa doucement mon visage. J’entamai doucement la position du guerrier et je fermai mes yeux pour me recentrer et ainsi approfondir mes respirations, ensuite j’enchaînai avec la position du chien tête en bas, d’ailleurs je remarquai Ethan accoter à l’îlot de la cuisine qui m’observa avec intensité mais la lueur n’était pas possessive, elle avait changé. Je décelai de l’admiration mélangée à du trouble. Son sourire en coin était une facette inattendue que je découvrais, je le regardai discrètement entre les positions et je me surpris à me questionner : les sensations puissantes que m’inspire se mortel me faisait extrêmes peurs, je devais les accepter ou les refouler pour ne pas souffrir ? Je terminai ma séance songeuse assise en tailleur sur mon tapis. En me relevant je remarquai qu’Ethan n’était plus là, une légère déception traversa mon visage et fut remplacée par l’amusement face à Lexi qui gambadait vers moi. Elle m’annonça de but en blanc : — Alex fais du facetime avec une amie à lui et qui s’adonne, être aussi une recruteuse du moulin rouge. Par conséquent, elle lui a demandé sans détour, si la belle acrobate et la danseuse professionnelle, qui lui avait vanté leurs prouesses au dernier souper en sa compagnie étaient disponibles, pour une audition et si nous étions vacantes à déménager à paris pour 6 mois, alors elle renchérit :
– Imagine le trip de fou, si on réussit, paris chéris, paris. Wôw le rêve. Elle m’attrapa par le bras et m’entraîna dans la chambre d’Alex. En entrant dans la pièce il s’exclama : – ah! les voilà, Sofia je te les passe, Alex nous passa la tablette et Sofia prit la relève, ainsi elle nous questionna sur la possibilité de passer une audition le plus tôt possible serait-il envisageable pour nous. Alex nous coupa dans notre élan et il nous demanda un instant pour arranger le tout. Or il pianota sur son androïde et il nous annonce avec fierté : – mon jet va être à votre disposition demain après-midi. Tandis que nous sautions de joie à cette nouvelle, il renchérit aussitôt : – je vais aussi m’occuper de votre hébergement, je dois aller m’entretenir avec Hudon sur ce sujet, néanmoins je suis certain qu’il devrait avoir une chambre de libre à son hôtel de Paris. Ainsi les détails régler, je m’adressai à notre interlocutrice et lui certifia : – c’est régler, nous pouvons auditionner le lendemain de notre arrivé. Elle nous sourit en répondant : – parfait ! enthousiasme,
Elle nous salua de la main et ensuite elle raccrocha. Alex nous demanda de le suivre dans la cuisine là où, il supposait rejoindre Ethan.
Ainsi comme prévu, Ethan était assis seul à l’îlot, sa beauté me coupa le souffle, ses cheveux mouiller, lui donnai cette apparence sauvage et négliger que j’aimais tant chez lui et que dire de son torse dénuder qu’il nous offrait sans gêne, la courbe de ses abdominaux me donnait le gout de les lécher sans pudeur, d’ailleurs à ce penser mes joues rosies pour la première fois à cette idée mais la chaleur de mes joues augmenta quand je constatai que ses jeans noirs parfaitement découper, tombais délicieusement sur ses hanches. Cependant mon regard qui dévorait ses abdominaux ne passa pas inaperçu aux yeux de son propriétaire. Il me regarda avec amusement, en passant sa main dans ses cheveux, je mordis ma lèvre nerveusement, ce geste nonchalant le rendait encore plus sexy, il était à se damner. Alex nous interrompra dans notre jeu de séduction et il nous ramena sur terre d’un raclement de gorge et procéda à l’annonce de notre audition, Ethan nous félicita noblement et il nous demanda notre avis : est que vous aimeriez avoir un guide et un chauffeur priver pour votre séjour. Je pourrais organiser personnellement votre visite et puis ma mère séjourne à Paris pour une semaine. Je lui rendrais visite d’ailleurs je pourrais vous procurez, une salle, pour vous pratiquer et je serais disponible pour vos moins désir.
À ce propos, je lâchai un :
– intéressant !!!
Ethan se mordit la lèvre supérieure, avec une lueur de désir. Ah bon, je pensais l’enrager, sa nouvelle attitude était surprenante, je devais repenser à ma stratégie. Ce matin, il avait observé, mon moment de détente sans venir me challenger. Cet homme préparait sa stratégie ou il a déjà son plan prêt établi, au moment que Alex a mentionné notre audition, son sourire était malicieux.
Pourtant sa nouvelle attitude ne me troubla point, je décidai, d’approuvai l’idée d’Ethan, une lueur de surprise s’afficha dans son regard et son sourire satisfait s’effaça aussitôt et cette réaction fit apparaitre le mien. Il demanda à Alex de le suivre, pour aller régler les préparatifs du voyage, et ainsi nous laisser le temps de plier nos bagages, pour demain après-midi. Il quitta la cuisine sans se faire prier et puis Lexi se retourna avec une expression moqueuse et articule :
– intéressant avec un clin d’œil pour appuyer ses propos, je lui chuchote : quoi !
Elle partit à rire et elle m’entraina dans ma chambre, pour commencer les bagages et ensuite pour nous préparer pour la soirée.
Ce soir, nous avions opté pour une tenue claire agrémenter de plusieurs bijoux or, pour ma part j’avais enfilé une camisole vaporeuse blanche et vert émeraude pale qui dévoila mon ventre cette merveille était agencée d’une chaine or, ce haut faisait ressortir mes yeux verts qui était souligné par un trait noir accompagner par un fard à paupières blanc et vert avec un rouge à lèvres pèche et puis j’enfilai mon short blanc et mes tongs émeraude, et finalement la fameuse perle. Et puis Lexi avait enfilé une robe empire blanche et bleuter comme les glaciers et ses cheveux contraires à moi qui était lousse, les siens était tresser twiste sur le côté, un fard a paupière blanche était déposé sur ses yeux et puis une touche d’or reflétait sur ses joues, avec un rouge à lèvres mauve et pour finir des sandales empire or et un bracelet en forme de vigne enlaça le haut de son bras.
Tout à coup, le départ retentit, Ed nous cria du salon de venir nous rejoindre, sa patience n’a jamais été son fort. Alors nous sortions de la chambre trombe pour ne pas le faire attendre, nous stoppons dans entrer du salon et Ed emboita le pas, pour nous prendre chacun un bras comme nous avions l’habitude de faire pendant nos sortis, c’était notre passeport pour ne pas être embêté par les hommes. Je me retournai un instant vers le reste du groupe tandis qu’Ethan se leva du divan avec une démarche féline, il se dirigea vers Amanda, il lui présenta son bras en toute galanterie, sans surprise, elle le saisit et cette garce le regarda amoureusement. Je me surpris d’être agacé par ce geste, finalement mon corps n’était pas totalement désintoxiqué de ce Casanova, le vol de demain va être très long avec lui dans habitacle. Je soupirai intérieurement, et j’affichai mon plus faux sourire, de mon répertoire et puis je me retournai pour commencer à ouvrir la marche.
Dans l’entrer, deux vus noire Cadillac nous attendait, les jumeaux, Lexi, Edward et moi-même nous prenions le premier et les autres dans deuxième. Je me glissai au fond pour ainsi pouvoir coller Ed, qui se mit à mes côté naturellement ainsi je me collai à son torse nu, pour me détendre et profiter de sa chaleur, avant cette soirée étrange avec le nouveau duo improbable Amanda et Ethan. Il répondait à mon besoin pressent de réconfort, il m’entoura de ses bras forts, je somnolai encore un peu bercer par la voiture et ses battements de cœur réguliers. Après plusieurs kilomètres, nous étions arrivés sur le site magique, on se croirait en plein jour, grâce à toutes les lumières. Nous étions sur un tapis de verdure à perte de vue, une grande roue triomphait au milieu des scènes immenses qui était entouré de palmier, et puis tous ses gens en tenue élaborer avec très peu tissu mais ce n’était aucunement vulgaire. Ce festival, était un incontournable, sur notre calendrier, la bonne musique et la chaleur réunie s'étaient fabuleux. Nick et Alex dirigea le groupe vers un emplacement VIP qui était entouré de garde du corps, ce carré privé était rempli de jet set. Lexi me tendit une mini bouteille de champagne, tandis que je la remerciais, Alex m’interpella, en me tendant la main pour que j’approche de lui ensuite il me présenta, un acteur en vogue, un certain Jérémy. J’inclinai la tête à ma nouvelle proie, qui me détalait, il regarda Alex satisfait de mon apparence, amuser par son comportement je m’approchai d’Alex et lui chuchota : – je peux m’amuser avec lui ce soir, il inclina la tête et me répondit : — certainement il vient de se vanter que si je te le présentais tu succomberais à son charme, je te permets de rabatte sa fierté après lui avoir donné plein espoir. Ainsi je lui fis un câlin et je lui chuchotai : — marcher conclut. Alors sans me priver j’agrippai Jérémy pour le coller à moi et danser sans retenue avec, se faux gentleman m’offrait à boire souvent, sûrement pour me ramener soule à sa tente, mais pour les immortelles la consommation doit être très grande pour se laisser embarquer dans ce jeu. Pendant toute la soirée Ethan n’avait aucun regard pour moi, il enlaçait Amanda à plusieurs reprises et il riait à ses paroles surement désintéressant, mais malheureusement pour moi, plus l’alcool m’enivrait, plus une tristesse m’envahit au plus profond de moi, je le dévisageai avec une lueur de tristesse, d’ailleurs en s’entend mon regard sur lui, il se retourna sans éveiller la curiosité des autres et il me lança un regard appuyer de désolation avec un sourire pincer et puis un lueur incompréhensive passa dans ses yeux, par conséquent, il se retourna pour cacher son malaise grandissant. J’échappai un « oh merde » bruyant, oups ma pensée était dévoilé, au grand jour j’ai merdé, je venais de lui montrer mes sentiments que je refoule depuis un bout temps, à son égard. Je devais aller me cacher pour vivre cette honte loin des yeux de mes camarades. Je prétendis à Jérémy, que j’allais gerber et puis je mentis à ma meilleure amie, je lui déclarai que j’avais besoin de prendre l’air, c’était trop entasser ici ! je vais être au pied de la grande roue, si elle me cherche, elle me répondit d’un baiser sur la joue et elle me mentionna joueur, qu’elle avait remarqué notre regard échanger à moi et à Ethan et puis elle m’annonça quelle connaissait la cause de ma fuite et je pouvais prendre mon temps pour me remettre, je lui souris contente de son soutien et je partis sans me retourner. Ainsi je valsai jusqu’au banc, le plus proche de la grande roue, je me laissai tomber sur celui-ci, je baissai la tête aussitôt et je réprimai mes larmes de rage, causées par cet homme que mon corps réclamait sans relâche, mon corps réprimait des forts sanglots mais ses convulsions fut arrêter par, une large main qui se posa sur mon épaule nue, la chaleur envahissait chaque parcelle de mon corps. Je reconnaissais cette odeur virile remplie de danger, que je redoutais de plus en plus, je relevai la tête et je croisai son regard rempli de trouble, face à mon état, de sa voix chaude et basse il me posa la question qui tue : comment vas-tu ?
Cette question déclencha un flot de réponses que je ne pouvais pas contrôler, je le regardai avec du mépris et lui annonça : désolé Ethan je n’ai plu la capacité de jouer contre toi, mon cerveau et mon corps sont en désaccord avec le fait de te mépriser, tu es un simple mortel et tu as le pouvoir de me torturer. Je dois refouler 200ans d’émotions à cause de toi, je suis fatigué. Plus mes paroles défilaient plus, il se rapprochait de moi, il avait une expression de confusion. Il me sonda sa main prit délicatement ma nuque et il me chuchota doucement : je pense, que nous avons un sérieux problème, j’essaye de réprimer les sensations que j’avais oubliées depuis Émilia, il me ronge, surtout quand tu te trouves près de moi, d’ailleurs je ne te parle pas, du besoin urgent de massacrer les hommes qui te courtise ou qui passer la nuit à tes côtés. Il se pencha à quelques centimètres de mes lèvres, son souffle chaud imprimer d’une liqueur marbrée et boisée m’enivra, mon cœur s’emballa sans bouger je lui répondis :
– Nous ne devrions sans aucun cas nous embrasser, même si j’en ai extrêmement envie, surtout de goûter tes lèvres.
À ses propos, il se pinça les lèvres en secouant la tête négativement mais il se rapprocha de plus en plus avec un regard rempli de détermination, ses lèvres appuya doucement sur les miens, mais une vibration se fut sentie, il recula rapidement comme si, il avait été brûlé et il fronça les sourcils au nom qui s’afficha sur l’écran, ses yeux se remplit de tristesse, avec une moue de mécontentement. Ainsi il se dirigea vers la pénombre. Par conséquent, mon instinct d’immortelle s’enclencha. Je fermai les yeux pour capter la conversation, une voix féminine pleurnichait dans le combiné et elle lui demandait de venir la chercher, malheureusement Ethan scella notre destin avec ses quelques phrases :
– Calme-toi Émilia respire lentement, je viens te chercher à Londres, se salaud ne te détruira pas, je te ramène en Suède mon amour.
Ces derniers mots me tordit les entrailles, un goût de bile monta, je rouvris les yeux pour me couper du reste de la conversation, mes larmes s’en échappa, ses gouttelettes salées roula de plus belle sur mes joues, et à ce moment-là, je maudis Guillaume de pourrir ma vie encore une fois....